Projet La Vannerie : enquête publique

Nos 5 observations à Mr Le Commissaire enquêteur.

1- Nous regrettons une mise en oeuvre du projet qui ne respecte pas les objectifs définis dans la délibération originelle. En octobre 2014 La zone de la Vannerie est destinée à devenir la nouvelle vitrine économique du territoire…, en 2019…..le projet est destiné à la création du pôle d’équipements publics et d’intérêts collectif et de dimension communautaire ou supra – communautaire

2-Nous regrettons qu’aucune « étude des besoins des citoyens» sur les sports qui y seront pratiqués, ni a fortiori une étude de faisabilité qui ont permis de définir cette capacité, pas plus que le nombre d’évènements qui sont envisagés et qui sont un élément essentiel pour l’équilibre budgétaire à terme d’un tel projet

3-Aucune évaluation budgétaire des deux projets , juste un permis d’aménager à 10 millions d’euros….

4-Une atteinte à la propriété privée en référence un arrêt de la CEDH, des nuisances sonores pour les patients du pôle santé et les riverains, des difficultés accrues de circulation pour les véhicules d’urgence, et un partage du parking du pôle santé contestable.

5- Enfin une implantation possible dans un autre espace de la ville ET A MOINDRE COUT !

ccpo_observation_enquete_01octobre2019

Contribuables et Citoyens du Pays des Olonnes

Dans l’histoire, il est des moments où l’action s’impose d’elle-même      
C’est le cas ici et maintenant.

         Ici, parce que la création d’une ville nouvelle de l’importance de notre communauté est un événement essentiel pour notre avenir et qu’il  nous importe de veiller à ce que les objectifs déclarés à cette fusion soient respectés. En particulier pour ce qui concerne les économies auxquelles tout regroupement devrait conduire par suppression des doublons administratifs.

            Mais  déjà le premier numéro de Nous, les Sables d’Olonne nous apprend que des taux d’imposition devraient augmenter pour certains d’entre nous.

–  dès cette année la taxe d’habitation de Château d’Olonne (+2,6%)

  • par la suite, les taux seraient portés pour la taxe foncière de 17,88 à 19 ( + 6%) pour Chateau d’Olonne et de 17,60 à 19  (+ 8%) pour Olonne sur mer. Le foncier non bâti augmenterait aux Sables d’Olonne (+60%) et à Château d’Olonne (+9,8% ) et baisserait à Olonne sur mer (-21,8%).

Dans ce même numéro l’interview de Mr Pierre Breteau  nous apprend aussi que notre commune dispose d’une marge financière de 23% de ses recettes.

            La commune a donc les moyens  de s’aligner sur les taux les plus bas alors qu’elle décide de reconduire  globalement l’existant, en faisant reposer les efforts sur les citoyens des communes les plus économes. Alors, seulement la fusion aurait un sens positif pour tous les citoyens qui l’ont désirée.

            Maintenant, parce que les citoyens expriment clairement leur volonté d’être plus directement impliqués  dans les décisions publiques qui les concernent et qu’un dialogue constitutionnel(1) s’établit avec les pouvoirs publics.   

            Comme il est difficile d’agir individuellement, un groupe de citoyens bénévoles a décidé de se constituer en association   indépendante  comme cela se développe ailleurs en France, pour suivre l’évolution des dépenses et des budgets territoriaux du pays des Olonne, avec un esprit de vigilance, mais également de dialogue constructif avec les administrations concernées. Elle est ouverte à tous les contribuables du pays des Olonnes.

                   Pour être efficaces nous devons être nombreux  :

Rejoignez nous  ! en remplissant notre formulaire de contact 

 ou par mail  ccpo85100@gmail.com

La constitution française prévoit dans son préambule:

Art. 14. Tous les citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

Art. 15. La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.

Chaque euro dépensé dans une commune vient de la poche de chacun de nous